Tourisme soviétique au Spitzberg

Les touristes remontent le temps dans les colonies russes de Barentsburg, Pyramiden et Grumant

Lundi 5 septembre 2016 — Longyearbyen, août 2016 – Pour ceux qui sont nés après 1989, l'Union soviétique n'est rien d'autre qu'un concept flou sortant tout droit des livres d'histoire. Un régime communiste strict où possession et consommation étaient des mots dénués de sens et où chacun se pliait à la volonté de l'État. À l’heure actuelle, pour comprendre en quoi cela consiste, vous devez vous rendre en Corée du Nord, à Cuba ou… au Spitzberg. L’archipel situé dans l’océan Arctique et placé sous autorité norvégienne compte, en effet, encore quelques villages de mineurs russes fondés à l’ère du communisme. Maintenant que l’exploitation minière du Spitzberg est quasiment à l’arrêt, ces villages misent beaucoup sur ce qu’on appelle le tourisme soviétique. Des hôtels de style communiste, une brasserie et de nombreux vestiges d’une époque lointaine font découvrir aux visiteurs ce à quoi devait ressembler la vie au temps de l’Union soviétique. L'été, Barentsburg, Pyramiden et Grumant se visitent en bateau, tandis que l'hiver, des safaris en motoneige sont organisés à destination de ces villages depuis Longyearbyen. 

Si vous vous demandez pour quelle raison trois colonies russes se trouvent sur le territoire norvégien, vous devez vous référer au traité du Spitzberg. Ce traité, qui remonte à 1920, stipule que les signataires peuvent exercer des activités économiques au Spitzberg. L'Union soviétique a été l'un des premiers pays à exercer ce droit pour l'extraction du charbon. Après la Seconde Guerre mondiale, la présence des Russes au Spitzberg était surtout importante sur le plan stratégique. Aujourd'hui, cette région est aussi devenue une destination touristique.

Barentsburg, de l'exploitation minière au tourisme

Lorsque Barentsburg, fondée par les Néerlandais (en hommage à Willem Barentsz qui a découvert le Spitzberg), a été contrainte de vendre ses sites miniers en 1926, la petite ville est tombée aux mains des Russes. Ils y ont développé les activités minières jusqu'à faire de Barentsburg un village minier de plus de 1 000 habitants. Depuis lors, ces derniers ne sont plus que 400. Ils vivent toujours en grande partie de l'exploitation minière, mais se tournent aussi depuis peu vers le tourisme. En été et en automne, des excursions en bateau sont ainsi organisées depuis Longyearbyen à destination de Barentsburg. Ceux qui le souhaitent peuvent séjourner au Barentsburg Hotel, qui a été entièrement rénové, ou visiter le Pomoren Museum dédié à la navigation maritime. Il est également possible de boire une bière à la brasserie Barentsburg, qui est officiellement la plus septentrionnale du monde. Les bâtiments modernistes de style soviétique et la statue de Lénine érigée au milieu du village sont des éléments caractéristiques de Barentsburg. En hiver, les 55 km qui séparent Longyearbyen de Barentsburg sont parcourus en motoneige étant donné que les fjords sont alors complètement gelés. Les alentours de Barentsburg se prêtent également à merveille à la pratique du ski. Plus d'infos sur : http://polarcharter.no/en/welcome/

Pyramiden, ville fantôme et attraction touristique

S'il y a bien un endroit qui nourrit encore plus l'imagination que Barentsburg, c'est Pyramiden. Cette localité doit son nom aux Suédois, qui l'ont appelée ainsi d'après la montagne en forme de pyramide toute proche. Mais tout comme à Barentsburg, les Russes ont repris les activités minières aux Suédois et les ont développées. À son apogée, Pyramiden, qui comptait plus de 1 000 habitants, était la plus grande colonie du Spitzberg. Lorsqu'en 1998 les stocks de charbon ont été épuisés, Pyramiden a été fermée et un véritable exode s'en est suivi. Actuellement, une dizaine de personnes y vivent encore : elles se chargent de l'entretien des nombreux bâtiments qui demeurent de l'époque de l'exploitation minière. Pyramiden est donc devenue une vraie ville fantôme qui exerce une attraction inouïe sur bien des aventuriers et des historiens. En été et en automne, des excursions en bateau jusqu'à Pyramiden sont organisées depuis Longyearbyen.  L'hiver, vous pouvez aussi vous y rendre en motoneige. À Pyramiden, il est possible de séjourner à l'Hotel Tulpan, qui a été rénové en 2013 et qui baigne encore dans l'ambiance soviétique. Plus d'infos sur : http://visitsvalbard.com/en/Activities-providers/?News=187

Direction la ville fantôme de Grumant en hors-bord

Moins connu et moins accessible, Grumant est un troisième village de mineurs russe. Les Russes y ont cessé toute activité minière en 1961 lorsque les rendements ont chuté. Le village a été complètement déserté et les bâtiments tombent en ruine. Des excursions en hors-bord sont organisées depuis Longyearbyen en raison de la situation complexe et de la distance relativement importante jusqu'à Grumant. À bord d'un bateau ouvert, vous traverserez un impressionnant fjord glacé où vous pourrez admirer les nombreux oiseaux qui y nichent l'été. En chemin, vous passerez également devant l'ancien village minier norvégien d'Hiorthhamm, qui a lui aussi été déserté. Plus d'infos sur : http://www.spitsbergentravel.com/start/adventures/summer/boat-trips/isfjord-safari-grumant/  et http://svalbardbooking.com/adventures/summer#p-35656

Meilleure période pour s'y rendre

Le Svalbard est une destination qui vit au rythme des saisons. De fin octobre à mi-février, il y fait nuit 24 heures sur 24 (ce qu'on appelle la Dark Season). Parfait pour ceux qui souhaitent observer les magnifiques aurores boréales ou partir pour un safari en motoneige. De mi-février à fin avril, les jours commencent à rallonger jusqu'à ce que le soleil brille 24 heures sur 24. Cette période offre toujours les paysages d'hiver habituels, tout en étant parfaite pour une expédition à skis ou une balade en traîneau à chiens. La saison estivale, qui s'étend de mi-juin à mi-août, est quant à elle la période idéale pour faire une excursion en bateau dans l'une des colonies russes. L'automne commence très tôt au Spitzberg, vers la mi-août, et se prolonge jusqu'à la mi-octobre. Les jours raccourcissent alors très vite et à partir de début octobre, vous pouvez profiter de la clarté crépusculaire. Bien que déjà caché derrière les montagnes, le soleil continue à diffuser suffisamment de lumière pour créer une superbe lueur bleue à l'horizon.

Informations pratiques

Si le Spitzberg n’est pas la destination la plus évidente, les liaisons en avion sont en tout cas relativement nombreuses. Des vols quotidiens sont ainsi organisés entre Longyearbyen et le continent, via Oslo ou Tromsø. Les réservations se font auprès de SAS (www.flysas.be) ou de Norwegian Airlines (www.norwegian.com).

Pratiquement tous les hôtels sont situés à Longyearbyen et satisfont à toutes les normes occidentales. La plupart des excursions partent de Longyearbyen, qui est donc le point de départ idéal pour votre voyage au Svalbard. Les réservations se font directement auprès de l’hôtel. Plus d’infos sur http://www.visitsvalbard.com/en/Accommodation

Si vous voulez faire une excursion sur place, adressez-vous à l’un des nombreux tour-opérateurs locaux : http://www.visitsvalbard.com/en/Activities-providers

Pour plus d’infos sur le Spitzberg, surfez sur www.visitsvalbard.com

Contactez-nous